Qui Sommes-Nous ?

photo équipe résonance

La société Résonance

Afin de vous fournir des prestations de haut niveau, nous travaillons uniquement dans nos domaines de spécialisation. Notre vocation est de faire le lien entre les résultats récents de la recherche et la pratique.

Pour pouvoir vous proposer des solutions globales, nous coopérons régulièrement avec d’autres bureaux d’ingénieurs couvrant les aspects en dehors de nos compétences clé.

 

En quoi sommes-nous différents ?
Notre qualification
Nous réunissons, sous un même toit, des sismologues et ingénieurs en structures qui travaillent régulièrement ensemble.

Nous sommes tous hautement qualifiés, avec un doctorat ou un master de spécialisation.

 

Développement de nos connaissances
Nos collaborateurs profitent de plus de formation continue que la moyenne des ingénieurs. De plus, nous participons à de nombreuses conférences internationales et collaborons régulièrement avec plusieurs instituts de recherche universitaires. Tout cela nous permet d’entretenir des connaissances de haut niveau.
Notre Diversité
Notre équipe est internationale, avec des collaborateurs de six nationalités, issus de hautes écoles différentes.

 

Nos valeurs

Nous n’optimisons pas nos bénéfices. Nous optimisons la qualité : tout d’abord la qualité de nos études pour mieux répondre aux attentes de nos clients, mais également la qualité des conditions de travail de nos collaborateurs.

Si vous vous adressez à nous, c’est que vous voulez optimiser la qualité, parce que vous avez fait l’expérience qu’à long terme, la qualité paie. Mais la qualité se paie également ; si vous voulez optimiser les rabais, nous conseillons de vous adresser à d’autres.

Nous avons l’habitude de respecter la confidentialité des études qui nous sont confiées, et nous nous efforçons de respecter les délais et les budgets.

 

Historique

Passionné de dynamiques de structures et sismologie de l’ingénieur, notre directeur actuel, Martin Koller, a fondé notre bureau fin 1991, alors que le domaine de la construction était en pleine crise. Un expert de niveau mondial dans ces domaines l’a aussitôt félicité, en disant ne pas savoir s’il s’agissait d’un acte de courage ou de folie… ! Début 1998, une première collaboratrice a été embauchée ; elle est toujours présente. Depuis, l’équipe a grandi petit à petit pour compter, aujourd’hui, cinq ingénieurs, deux sismologues et une assistante administrative.

Très tôt, Résonance Ingénieurs-Conseils SA est devenue membre de l’USIC (Union Suisse des Ingénieurs-Conseils) et de l’AGI (Association Genevoise des Ingénieurs). La société Résonance est politiquement et économiquement indépendante ; elle appartient entièrement à ses collaborateurs.

 

Qui veut économiser des millions ?

Voici quelques anecdotes, issues de notre pratique :

Cas 1Cas 2Cas 3
Cas 1
Notre client a convenu de vendre un immeuble de bureaux à un acheteur pour 20 mio de francs.

 

L’acheteur a ensuite fait diagnostiquer l’immeuble par son ingénieur qui a conclu que 2 mio de francs devraient être investis pour assurer une sécurité sismique minimale.

Conséquence : l’acheteur voulait finalement ne payer que 18 mio de francs, ou bien annuler l’achat.

 

C’est à ce moment que notre client s’est adressé à nous pour une contre-expertise : nous avons pu convaincre l’ingénieur de l’acheteur qu’il avait effectué un calcul irréaliste, trop du côté de la sécurité. Il s’est avéré que seulement 10 % du montant initialement mis en avant était nécessaire pour assurer un niveau de sécurité sismique acceptable.

 

Finalement, notre client a récupéré 1.8 mio de francs sur 2 mio – moins nos honoraires, totalement négligeables par rapport à cette somme.

Cas 2
En vue de la construction d’une gare souterraine sous un parking existant de plusieurs étages, un contrôle sismique a montré que le parking risquait de s’effondrer sur la gare. Même l’application de méthodes de calcul sophistiquées du génie parasismique, minimisant les marges de réserves, n’a pas permis de changer ce constat. Seule une conception de la gare souterraine totalement revue aurait permis de conforter le parking, entraînant des coûts faramineux, en plus de retards de construction énormes.

 

Or, une étude de site sismique a permis de mettre en évidence que la géologie locale était, dans ce cas spécial, très favorable, réduisant l’excitation sismique locale de façon significative.

 

Le projet de gare pouvait alors être sauvé tel quel, moyennant quelques interventions, fortement réduites, au niveau du parking uniquement.

Cas 3
Dans une station de traitement de boue, deux séchoirs de boue identiques sont installés, côte à côte. L’un fonctionne parfaitement, alors que l’autre provoque de fortes vibrations. Après contrôle, le fournisseur des séchoirs « prétend » que le séchoir n’a aucun défaut de fabrication, qu’il s’agit plutôt d’une interaction défavorable avec la structure du bâtiment. Suite à cela, l’exploitant installe, sur conseil d’une société d’ingé­nierie renommée, un système antivibratoire onéreux sous le séchoir problématique.

 

Résultat : le séchoir vibre encore plus ! Le fournisseur déclare annuler immédiatement toute garantie si le séchoir continue à être exploité, alors qu’il est, en même temps, accusé d’avoir livré un séchoir défectueux.

 

C’est à ce moment que nous sommes appelés à nous pencher sur le problème. Notre analyse, basée sur des mesures in situ, identifie, comme source des vibrations, un phénomène très étonnant, à savoir une Résonance de la 5e (!) harmonique de la rotation du séchoir avec la fréquence propre de la dalle sur laquelle repose le séchoir. La dalle sous l’autre séchoir avait, par hasard, une autre fréquence propre et n’engendrait donc aucune résonance. La solution était, tout d’abord, de supprimer le système antivibratoire et de « désaccorder » la dalle sous le séchoir en la rigidifiant à l’aide d’un sommier important. Le fournisseur du séchoir avait donc raison ; son séchoir était sans défaut… Pendant l’arrêt du séchoir qui posait problème, de la boue avait dû être transportée en Allemagne, provoquant un coût de plus d’un demi mio de francs. Par rapport à cette somme, nos honoraires restaient bien évidemment négligeables.